XI – Les sentiments de Marion Callahan

De : Marion Callahan

Envoyé le : lundi 28 décembre 2268

A : Elen Knut

____________________________________

Salut chère consoeur.

Nous venons de quitter la planète β-Persei/A. Tu le sais déjà sans doute, nous y avons découvert deux espèces animales apparentées à la salamandre et à la musaraigne. Mais ces considérations ne doivent pas te toucher plus que ça, j’imagine, car les recherches en linguistiques animales ne sont pas très répandues. Après avoir installé le satellite de surveillance selon le protocole, nous avons donc pris la direction de β-Persei/β. Là-bas, Zaël garde l’espérance de trouver une population culturelle. Je crois qu’il se sent inutile, bien qu’il m’ait beaucoup aidé pendant l’exploration. Il faut dire qu’il a un fameux sens de l’observation.

Tu t’en doutes, ce n’est pas pour parler de nos découvertes scientifiques que je t’écris, tout est déjà retranscrit sur le réseau. En fait, je crois que la proximité que nous avons établi avec Zaël nous a permis de d’installer une relation particulière. Nous partageons les mêmes quartiers, les mêmes postes, la même existence. Tu ne seras pas surprise si je te dis que nous nous entendons particulièrement bien (heureusement que l’ONAM veille à assortir des gens aux profils compatibles lors de la constitution des équipes, tu me diras). Je ne vais pas te faire un dessin : sa fiancée, Anne ne cesse de le harceler et je le sens confronté à un dilemme qu’il n’ose pas lui-même résoudre et même s’il n’en parle pas ouvertement, il est des insinuations et des gestes qui ne trompent pas. Bien sur, personne ne peut y remédier hors Zaël lui-même. Pourquoi n’ose-il pas ? Peut-être aime-t-il encore Anne un tant soit peu ; je n’en crois toutefois rien. Du coté de cette dernière, la situation semble être catastrophique et je crois qu’elle se voile la face. J’ai lu leur correspondance et le contenu des messages de Anne n’est que reproche et mise en garde. Elle a sans doute peur de le perdre, mais je crains que ce n’est pas en faisant preuve de si peu de sentiments qu’elle obtiendra un quelconque succès. Chaque semaine, je sens Zaël plus réticent à l’idée de devoir lui répondre, chaque jour, je le sens sombrer un peu plus dans une morosité dont je connais la cause.

Bien sur, tu te doutes bien que ce qui me lie à Zaël n’est pas une simple relation d’amitié et bien que nous partageons a peu près chaque instant, je ne peux en aucun cas le lui faire comprendre directement, même si il le sait pertinemment car il fait partie de ces gens qui maîtrisent à la perfection la lecture entre les lignes. Pour cela je t’écris aujourd’hui ; cela me permet certes de t’exposer la difficulté de la situation vis-à-vis d’Anne de la Tour, mais aussi d’exprimer clairement des mois de non-dits.

0 commentaires à “XI – Les sentiments de Marion Callahan”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Auteur:

Maes


salon international du livr... |
MonArt swing2 |
Ma Tasse de Thé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Total nosense
| llectures 2012
| la belle brune